Benoît XVI et la Nouvelle Évangélisation !

بتاريخ : May 30 2011 10:49:37

Prévue pour le début juin 2010, l’annonce de la formation d’un « Conseil pontifical pour l’évangélisation de l’Europe » avait été remise par le pape afin de pouvoir remettre son Instrumentum laboris du « Synode des évêques pour le Moyen-Orient », lors de son voyage à Chypre (du 4 au 6 juin 2010) qui vise à se servir politiquement de l’Europe et de ses Institutions chrétiennes pour évangéliser les musulmans du Moyen-Orient… Une fois les démarches terminées, les formalités mises au point, l’annonce du dit nouveau Conseil a vu le jour, avec un petit changement dans le titre qui devint : « Nouveau Conseil pontifical pour une Nouvelle Évangélisation » !!
 
Commençant par une déclaration pompeuse digne d’un des Césars romains, le pape dit solennellement lors de la cérémonie des Vêpres en la solennité des Apôtres Pierre et Paul le 28 juin : "J'ai décidé de créer un nouveau Conseil pontifical, dont la tâche première sera d'organiser une nouvelle évangélisation des premiers pays ayant reçu la foi chrétienne et qui vivent une sécularisation de la société,  une sorte d'éclipse du sens de Dieu". Sans le moindre doute, le pape a le droit d’annoncer ce que bon lui semble à ses adeptes, mais il est étonnant de voir changer le titre et disparaitre l’expression de « l’évangélisation de l’Europe », qui fut remplacée par une phrase mielleuse disant comme explication : « pour revigorer le Christianisme en Occident ». Ce qui veut dire non seulement l’Europe « mais tous les pays ayant reçu la foi chrétienne et qui vivent une sécularisation dans la société »…
 
 Déjà Paul VI avait convoqué en 1974 un Synode des évêques sur l'évangélisation du monde contemporain, suivi de l'Exhortation apostolique Evangeli Nuntiandi. Evoquant ensuite son prédécesseur, Jean-Paul II, il dit qu’il avait lui même représenté la nature missionnaire de l'Eglise par ses voyages comme par son insistance à lancer une nouvelle évangélisation. "De toute évidence, dit le pape, il a donné une extraordinaire impulsion à la mission, non seulement par les distances parcourues mais surtout par le profond esprit missionnaire qui l'habitait et que nous avons reçu en héritage en ce début de millénaire". C’est pourquoi il ajouta : « "En reprenant cet héritage, j'ai dit au début de mon pontificat que l'Eglise est jeune et ouverte à l'avenir. Je le redis aujourd'hui, devant la tombe de Paul: L'Eglise constitue dans le monde un immense outil de renouveau, non par ses forces propres mais par celle de l'Evangile".
 
 Rappelant ensuite que les enjeux actuels dépassent les capacités humaines, le pape affirme que, "au delà de la faim matérielle, il y a une faim plus profonde que seul Dieu peut satisfaire. L'homme du troisième millénaire, qui aspire à une vie authentique et riche, a besoin de vérité, de liberté et d'amour gratuit. Dans le désert d'un monde sécularisé, l'âme humaine a soif du Dieu vivant. Il existe des régions du monde qui attendent encore une première évangélisation, tandis que d'autres ont besoin d'une évangélisation approfondie. Certains pays d'antique tradition chrétienne subissent depuis quelques siècles et selon des modes complexes le processus de sécularisation qui a produit une grave perte du sens de la foi et de l'appartenance ecclésiale" (C’est moi qui souligne). Il me semble utile de commenter les principales données des passages soulignés :
 
* Besoin de vérité, de liberté et d'amour gratuit : Lorsqu’on est tellement sûre que les gens ont besoin de vérité, de liberté et d’amour gratuit, on ne peut pas, pour ne pas dire on n’a pas le droit de leur imposer des Textes composés de contrefaçons superposées le long des siècles, on ne peut pas les encercler par des Institutions d’évangélisation, par des troupes de toutes sortes et de tout âges, même par des enfants missionnaires, pour les évangéliser de force sous le prétexte d’un amour gratuit !
 
* Il existe des régions du monde qui attendent encore une première évangélisation : Il ne faut pas beaucoup d’intelligence pour saisir que cette phrase vise surtout le plus d’un milliard et demi de musulmans qui refusent catégoriquement la déification de Jésus, fabriquée au premier Concile de Nicée en 325, ainsi que la notion de la Trinité. À noter : les musulmans ne rejettent point Jésus, ils croient fermement en lui en tant que Prophète et croient en sa prophétie, sinon leur Islam n’est point accompli : c’est une obligation inscrite dans le Qur’ân. Jésus est un des Prophètes, comme il le dit lui-même dans les évangiles en faisant une différence catégorique entre lui et le Créateur (relisez le texte des évangiles et surtout les phases qui ont échappé à la censure). C’est pourquoi personne n’a le droit d’extirper ce milliard et demi de musulmans de leur croyance, du vrai monothéisme, pour leur imposer des manipulations.
 
* Certains pays d'antique tradition chrétienne subissent (…)le processus de sécularisation qui a produit une grave perte du sens de la foi et de l'appartenance ecclésiale : Est-il besoin de dire que c’est l’Europe dans son ensemble qui est visée par cette apostrophe et que c’est pour éviter de s’attirer les foudres de toute part que le titre de ce nouveau Conseil pontifical a été changé ? Il aurait été plus logique de se demander sur la raison pour laquelle l’Europe, bien avant le siècle des Lumières a perdu confiance en ce christianisme qui a souffert d’une immense supercherie de contradictions, de falsifications et de contrefaçons, depuis sa création ecclésiastique jusqu’à nos jours. Il aurait été plus logique de se référer à l’Institut Westar et à ses travaux de recherche menée par environ 200 spécialistes en théologie, en linguistiques et autres, dans les années 80, qui aboutirent au résultat précisant que : 82 % des dits accordés à Jésus il ne les a point prononcés, et que 86 % des actes qui lui sont attribués il ne les a jamais fait ! Pour ne rien dire des travaux concernant le Jésus historique, le Jésus mythique, le Jésus qui n’a jamais existé ou le Jésus dont l’histoire est composée d’un amalgame de supercheries visant à consolider les assises richissimes d’une Institution qui jouit inconditionnellement et impunément des extravagances qui n’ont rien à voir avec la piété ou l’Amour du prochain…
 
Là une explication s’impose entre deux organismes supposés avoir la même tâche : la Congrégation pour l’évangélisation des peuples et le Conseil pontificale pour une nouvelle évangélisation : la première est l'organe qui a la devoir de diriger et de coordonner dans le monde entier l'œuvre d'évangélisation. Sa fin fondamentale est de guider et de soutenir les jeunes Eglises situées sur des territoires de récente ou pauvre évangélisation, - ce qui veut dire une concrète ingérence surtout dans les pays musulmans. De même, elle coordonne la présence et l'action des missionnaires dans le monde, présente au pape les candidats à l'épiscopat, elle a la responsabilité de la formation du clergé local, des catéchistes et des agents pastoraux... La seconde est supposée jouir des mêmes fonctions : y aura-t-il une concurrence quelconque entre les deux organisations ou est-ce un remplacement ? Personne ne peut le dire à présent, mais la Congrégation vient d’être éclaboussée par des accusations de malversation outre la pédophilie, et la démission de son Cardinale a été acceptée…
 
Et pour terminer ce bref commentaire sur le « Nouveau Conseil pontificale pour la Nouvelle Évangélisation » il est fort intéressant de relever une dernière phrase disant que "Cette note a pour objectif de rappeler à tous l'identité, la valeur et le sens profond d'une institution vitale pour le Saint-Siège et pour l'Eglise catholique tout entière, et répond au commandement de Jésus : « Allez par tout le monde et proclamez l’Évangile à toutes les créatures » (Mc 16,15)…
 
Il me peine de dire que cette phrase particulièrement est une des contrefaçons qui abondent dans le texte des évangiles, qui n’étaient point écrits du temps de Jésus mais que les premières tentatives de rédaction commencèrent une bonne cinquantaine d’années après sa crucifixion, comme dit l’Eglise ! Ensuite, cette même phrase de l’évangile de Marc ne se trouve pas dans le Texte le plus ancien qui soit d’une Bible intégrale, connue sous le nom de Codex Sinaiticus, dans lequel l’évangile de Marc s’arrête au chapitre 16, verset 8, et non au verset 20 : ce qui veut dire que de 9 à 20 ce sont des rajouts tardifs… Ce même Codex renferme 14 800 différences entre le texte de la Bible en circulation de nos jours. Il ne cite rien sur Marie ni sur le massacre des enfants ordonné par le roi Hérode, ignore tout de la dite résurrection de Jésus et son ascension au ciel. Ces absences se trouvent aussi dans l’ancienne la Bible d’Alexandrie, dans la Bible du Vatican, dans la Bible de Bezae et dans un ancien manuscrit latin de Marc que les savants placent sous le code « K » ! Et pourtant, l’Eglise accepta la contrefaçon et en fit la base du dogme principal du christianisme actuel !!
 
N’est-il pas plus humain, plus véridique et plus honnête de stopper la dite évangélisation du monde, de laisser les musulmans en paix, car personne n’a le droit de les extirper de leur croyance ou d’ébranler leur foi ? Nul n’ignore que le christianisme premier n’a été Révélé que parce que les juifs dévièrent de la rectitude du monothéisme, reprirent le veau et tuèrent les prophètes. C’est pourquoi Jésus a été envoyé précisément « vers les brebis égarés de la maison d’Israël ». Et lorsque l’Eglise dévia du monothéisme et plongea dans l’associanisme et le polythéisme, en  déifiant Jésus et en formant la Trinité, l’Islam a été Révélé pour ramener tous ces égarés vers le vrai monothéisme. Est-ce tellement difficile à comprendre ? Et pourtant les Textes sont clairs, surtout le Qur’ân qui n’a point été varié depuis sa Révélation et restera intact jusqu’à la fin de Temps.
 
http://codexsinaiticus.org/en/manuscript.aspx?=Submit Query&book=34&chapter=16&lid=en&side=r&verse=8&zoomSlider=0
 
Zeinab Abdelaziz