Un crime politico-religieux …

بتاريخ : May 30 2011 10:44:00

Par Z. Abdelaziz
Professeur émérite de civilisation française
 
Le crime prémédité de Marwa Elsherbini, cette mère égyptienne de 31 ans, enceinte de 3 mois, sauvagement assassinée par un jeune allemand qui lui asséna 18 coups de couteau, au beau milieu d’un tribunal à Dresde, soulève des interrogations, relève des remarques, et impose un arrêt au cours duquel il faut passer en revue les vraies causes de ce drame…
 
Les interrogations que ce crime soulève sont les suivants :
* Comment un crime pareil peut se passer en pleine Cour d’appel, en pleine séance, sans que  personne n’intervienne pour l’empêcher ?
* Les 18 coups de couteau nécessitèrent quelques minutes pour être enfoncés dans le corps de la victime, comment se fait-il que ni le juge ni le personnel de sécurité n’intervinrent qu’avec un retard révélateur, pour ne pas dire accusateur ?
* Que dire des policiers qui, dans la confusion, tirèrent spontanément sur le mari, sur « l’arabe », le « terroriste par excellence », tel qu’on le leur fit croire, au lieu de tirer sur le criminel le couteau en mains ?!
* Comment l’agresseur portait un couteau sur lui dans un lieu où tous ceux qui y pénètrent passent sous le portique électronique et sont fouillés ??
* Le mutisme des médias et des responsables durant presque une semaine, que ce soit en Europe ou en Egypte, pays natale de la victime, dénonce une certaine complicité, quelque soit le motif ?!
 
Quant aux remarques : on ne peut passer en silence que ce drame raciste puisse rester discret un peu partout ; que la dimension xénophobe de ce drame ait été totalement occultée durant une semaine ; que c’est le résultat inévitable de ce que les milliers de missionnaires ne cessent de répéter contre l’Islam ; qu’un tour passé au hasard dans les sites « chrétiens » révèle à quel point on ne cesse d’ingurgiter la haine de l’Islam aux adeptes chrétiens ; que le discours d’un grand nombre de responsables religieux ou politiques, en Allemagne,  en Europe ou parmi les minorités chrétiennes, sont de vrais appels à la haine de l’Islam et des musulmans ; que cette haine préfabriquée de l’Islam est devenue une forme acceptable, un mode de vie que personne ne critique mais on laisse passer, on laisse faire ! C’est une vraie honte qui ne touche et n’accuse, au fond, que ceux qui fomentèrent cette situation raciste.
 
Et comme résultat direct de ce crescendo de haine, il semble tout naturel que le meurtrier ait apostrophé sa victime avant de la massacrer en disant : « Vous n’avez rien à faire ici. J’ai voté pour le Parti national démocrate. Tout cela sera fini quand le Parti national démocrate sera au pouvoir » ! Pourtant, ce qui n’est pas normal, c’est qu’un discours pareil n’ait pas attiré l’attention du juge ou du personnel de sécurité pour les mettre en état d’alerte pour éviter ce crime prémédité. Inutile d’ajouter que si ce crime était arrivé à une quelconque allemande de souche, ou pire encore, à une juive, on aurait fait un scandale planétaire avec des minutes de silence dans toutes les Tribunes officielles, on aurait organisé des funérailles grandioses, telles qu’on a l’habitude de voir où des milliers de personnes sont enrégimentées de gré ou de force sous forme de « volontariat », et on aurait imposé un embargo partout où l’on pourra le faire contre les pays musulmans, même aux liges de la politique occidentale !
 
Quant aux vraies causes de ce problème, de cette indéniable guerre de religion qui se mène, officiellement, depuis le fameux 9/11, elles vont beaucoup plus loin que cette date préfabriquée et imposée : C’est à Vatican II (1965) que reviennent les vraies racines de tous les malheurs que nous vivons actuellement. Vérité choquante, certes, pour beaucoup de lecteurs, mais c’est la vérité, hélas.
 
Pour ceux qui l’ignorent, il est utile de savoir que ce Concile Vatican II, le plus meurtrier de tous les Conciles, de concert avec la politique américaine, décida entre autres : la réhabilitation des juifs du meurtre déicide et imposa le péché de ce meurtre à tous les chrétiens ; complota l’élimination de l’Union soviétique dans les années 1980, afin qu’il n’y ait plus d’autres systèmes politiques que le capitalisme impérialiste ; décida l’élimination de l’Islam dans les années 1990, afin que le troisième millénaire commença avec un monde christianisé ; annonça officiellement l’évangélisation du monde ; décréta l’unification des Eglises sous l’égide du catholicisme vaticanais ; constitua un Conseil pour l’évangélisation des peuples et un autre pour le dialogue interreligieux, le dialogue signifiant dans ces textes vaticanais : « gagner du temps jusqu’à la réalisation de l’évangélisation ». De même, il imposa la participation de tous les chrétiens à cette évangélisation forcée ; et imposa la participation des églises locales dans ce crime en toutes lettres majuscules, car non seulement on n’a pas le droit d’éliminer les croyances d’autrui surtout lorsqu’on ne cesse de brandir des slogans tel : la liberté de penser ou de croire, mais cela place les minorités chrétiennes dans une situation de traitrise  dans le pays où ils vivent, ébranle la coexistence pacifique, divise la société et mène à des crimes sous le mutisme flagrant des responsables, comme c’est le cas actuellement dans tous les pays arabes ou musulmans et surtout en Egypte, un des principaux pays liges de la politique satanique américano-vaticane.
 
Le nombre inouï de missionnaires qui accompagnent les troupes militaires des envahisseurs, et le nombre effroyable de ceux qui prennent part dans cette évangélisation dans le monde musulman, fussent-ils ordonnés ou laïcs, dépasse toute imagination. A ceux qui ne peuvent s’imaginer une fourberie pareille de la part de « l’Homme blanc », le prétendu civilisé, et surtout des « religieux » chrétiens, les textes de Vatican II sont là et ils n’ont qu’à les lire pour voir jusqu’où vont les double-faces de ces meneurs du jeu ! Car si on fait le compte de tous les musulmans qui périrent, rien que depuis le fameux 9/11, ils sont comptés par millions dans chaque pays, que ce soit en Afghanistan, au Pakistan, en Iraq, en Palestine l’usurpée, au Liban, en Asie ou en Afrique, partout où l’Islam qui est traqué comme une bête noire, pour ne rien dire de la férocité avec laquelle la terre de ces pays est bombardée de produits prohibés qui la rendent incultivables pour des milliers d’années !! Mais la part du Vatican dans ce crime catastrophique n’est pas fini :
 
Lorsque le troisième millénaire commença et le monde n’a pas été christianisé comme planifié, le Comité central du Conseil œcuménique des Eglises a décidé, en janvier 2001, de faire porter sur les Etats-Unis l’accent spécial pour l’année 2004 de la Décennie « vaincre la violence » (DVV 2001-2010) i.e. l’Islam. En septembre 2001, c’était la triste et criminelle comédie du 9/11 qui démarra, suivie à quelques jours près de Patriot I et II, textes implacables pour mâter la société américaine … Si on ajoute le harcèlement que mène Benoît XVI pour imposer l’expression des racines chrétiennes de l’Europe, et surtout son discours du 24 mars 2007, sur la construction européenne, à l’occasion du cinquantième anniversaire des Traités de Rome, et son intransigeante volonté de voir mentionnée la référence aux racines chrétiennes de l’Europe dans la nouvelle Constitution, biffant d’un trait huit siècles d’apports incontestables des musulmans, qui contribuèrent profondément à l’émergence de l’Europe et de l’Occident, on saisira la trame des évènements qui se passent actuellement. De cet apport islamique, il suffit de dire que lorsque l’Europe ne savait pas lire encore, les bibliothèques personnelles et publiques du monde islamique renfermaient des milliers de livres et de manuscrits dans tous les domaines !.
 
C’est ce qui explique la rage avec laquelle l’Occident chrétien chante à l’unisson, politique et christianisme en main, pour éradiquer islam et musulmans. C’est triste à dire, et c’est plus triste à vivre avec tant de mensonges imposés avec un mutisme meurtrier que joue la société chrétienne européenne, secondée par ses liges, exception faite ici et là de quelques honnêtes personnes qui refusent d’être catalogué dans cette mascarade et s’expriment avec probité.
 
Ce n’est pas d’une montée de l’islamophobie en Allemagne qu’il s’agit, tel que crime a été décrit mais d’une vraie chasse préméditée, organisée, planifiée, qui vise tout ce qui à trait à l’Islam en Europe et dans le monde. Une traque sans merci qui s’attaque à tout, à commencer par le Prophète Mohammad (et non Mahomet, tel qu’on continue à lui distordre le nom) jusqu’à la construction de mosquées, la hauteur des minarets, le mode vestimentaire, les mœurs, la nourriture, tout ce qui a trait à l’Islam et aux musulmans est honni, diabolisé. C’est pourquoi la violence de l’extrême droite chrétienne est inexcusable et inadmissible à la fois. C’est cette violence-là qu’il faut éliminer de par la terre et non Islam et musulmans !
 
Le meurtre de Marwa Elsherbini n’est pas le seul et unique crime à mettre à l’index, mais c’est toute l’attitude des dirigeants de cet Occident chrétien, Vatican y compris, qui doit être accusée. Une attitude qu’il faut foncièrement reconsidérer, car ce n’est pas seulement des excuses officielles du gouvernement allemand à quoi s’attendent les peuples musulmans, mais à des mesures réelles contre cette hystérique islamophobie, inventée de toutes pièces, et à réhabiliter l’Islam et les musulmans de toutes les impostures que cette politique américano-vaticane leur imposa pour les éradiquer. Une autre mesure reste à prendre sans retard : celle de stopper cette fanatique, raciste et diabolique évangélisation du monde, une vraie tare qui avilie la réalité de l’Occident chrétien.
 13/7/2009