Un Synode Incendiaire !

بتاريخ : May 30 2011 10:54:08

Tenu du 10 au 24 octobre 2010, au Vatican, le Synode des Evêques pour le Moyen-Orient est un exemple parfait d’une concertation de connivence incendiaire, parmi les différentes Eglises, sous l’égide vaticanais, pour imposer ‘‘officiellement’’ une ingérence abusive : Une ingérence dans les pays du Moyen-Orient, sous le fallacieux prétexte de la protection des chrétiens qui y vivent. Il suffit de suivre les préparatifs du très Saint-Père Benoît XVI pour se faire une idée…
Du 15 au 20 avril 2008, lors de sa visite aux Etats-Unis, le pape a tenu onze discours qui prônent variablement le terrorisme islamique, mais trois particulièrement sont à signaler : la déclaration conjointe avec G. W. Bush, du 16 avril, puis le discours prononcé le 17 devant les représentants de différentes religions, et celui qu’il prononça le 18 aux Nations Unies.
La déclaration conjointe des deux leaders précisait que : tout deux ont réaffirmé leur rejet total du terrorisme ainsi que la manipulation de la religion pour justifier les actes immoraux et violents contre des innocents. Ils ont souligné le besoin de faire face au terrorisme avec des moyens appropriés qui respectent la personne humaine et ses droits, puis exprimèrent leur commune préoccupation pour la situation précaire des communautés chrétiennes au Liban et l'ensemble de la région. Le Saint-Père et le président espèrent la fin de la violence et une solution rapide et globale aux crises qui affectent la région. Cette solution rapide et globale l'Institution Vaticane l'a déjà annoncée dans ses sites, disant : la fierté arrogante des musulmans sera abaissée grâce à une guerre imposée, qu'ils perdront, pour accepter une conversion en masse !
Dans le discours adressé aux représentants religieux, le Pape propose carrément Jésus-Christ aux musulmans et aux autres religions : "Confronté avec ces questions plus profondes concernant l'origine et la destiné de l'humanité, le christianisme propose Jésus-Christ (…) C'est lui que nous apportons sur le forum du dialogue interreligieux (…) Nous n'avons pas de raison d'avoir peur (…) Nous sommes capables de percevoir que la paix est un don céleste qui nous presse à conformer l'histoire humaine à l'ordre divin" !
Le 18 avril, à l'ONU, le Pape s'est recueilli d’abord devant le mémorial de l'attentat qui provoqua la mort de dix-sept casques-bleu, le 19 août 2003, à Bagdad… Ban Ki Moon, le Secrétaire général de l’ONU commente en disant :" Les Nations Unis n'accomplissent pas seulement un travail, mais une mission qui est, par de nombreux aspects, liée à celle du pape", jouant sur le double sens politique et religieux du mot "mission". D'ailleurs la "mission" des casques-bleu dans le génocide de Srebrenica, où huit milles musulmans ont été égorgés sous leur bienveillante surveillance et leur bénédiction, n'est pas oubliée, et ne fut même pas considérée comme "génocide" pour ne pas indemniser des familles musulmanes !
Le discours, quant à lui, condense toute la doctrine catholique en matière de relations internationale, sans contenir des phrases chocs ni des exemples concrets. Par contre, il pose le principe d'une intervention internationale dans les pays où, à son avis, les droits des populations concernant la liberté religieuse seraient menacés, encourageant les règlements multilatéraux des conflits, et insiste sur la protection de la liberté religieuse en précisant : "Si les états sont incapables de garantir une telle protection, la communauté internationale doit intervenir avec les moyens juridiques contenus dans la charte des Nations Unies et d'autres textes de loi internationaux" ! Ce qu'il a répété plus d'une fois.
Et voilà annoncé le vrai but du voyage : Ce type d'interventions flagrantes n'est pas de l'ingérence, aux yeux du très Saint-Père, qui s'empresse d'ajouter que cela "ne devrait jamais être interprété comme une action arbitraire ni une limitation de la souveraineté du pays" !! Comment donc peut-on appeler une ingérence ou une intervention pareille : une parade militaire entre amis, ou un défilé de mode soldatesque ? !
Ensuite commença la tournée du Pape en Terre Sainte (8-15/5/2009), où il n’a pas daigné passer par Gaza, pour éviter de voir les désastres causés par l’agression criminelle de "Plomb durci" ou les effets catastrophiques de l’embargo-génocide imposé par ses "frères aînés". Mais il ne manque pas de dire aux évêques de préparer leurs questions, selon ses orientations, pour un Synode sur les chrétiens du Moyen-Orient. Durant son voyage à l’île de Chypre (4-6/6/2009), il présenta l’Instrumentum laboris (l’instrument de travail) du Synode des évêques, qu’il prépara d’après les propositions reçus, en terminant son voyage apostolique en toute sainteté ! Ce n’est pas sans raisons que la presse française titra ce plan de "nouvelle Croisade", puis l’omerta fut imposée afin que les préparatifs se passent en silence jusqu’à la tenue du Synode, qui eut lieu du 10 au 24 octobre 2010, et ses suites catastrophiques.
Dès les premiers paragraphes de cet instrument de travail le cadre de l’ensemble est précisé : « Pour comprendre l’aujourd’hui de l’Eglise catholique au Moyen-Orient, il faut avoir présent les documents du Concile Vatican II ». Le lien avec Vatican II est nettement déclaré.Pour ceux qui ne le savent pas, Vatican II a décrété entre autres, tous textes confondus : la réhabilitation des juifs du meurtre déicide ; l’élimination du communisme dans les années 80 ; l’élimination de l’Islam dans les années 90 afin que le troisième millénaire commence avec un monde christianisé ; l’évangélisation du monde ; la participation obligatoire des laïcs dans cette évangélisation ; l’œcuménisme ou la réunification de toutes les églises divergentes sous l’égide du catholicisme vaticanais ; la formation d’une Congrégation pour l’évangélisation des peuples ; la formation d’une Congrégation pour le dialogue interreligieux. Les textes sont affichés sur le site du Vatican et ailleurs, pour qui veut vérifier !
Ce tortueux Instrumentum laboris, de52pagesde mensonges accumulés en 123 closes, est une mise en pratique de ces décrets de Vatican II, à appliquer au Moyen-Orient. L’éradication de l’Islam, après l’avoir systématiquement diabolisé depuis le fameux 11 septembre 2001, facilitera la christianisation du Moyen-Orient sous un prétexte encore plus malhonnête, lorsqu’on lit : que c’est « nospays », « nos terres », « là où notre Seigneur Jésus-Christ est né » !!   Vérité exige de dire : Que Jésus soit né au Moyen-Orient ou non, cela ne donne à personne le droit de déraciner ses habitants, qui sont pour l’immense majorité des musulmans, ni de les christianiser. Les chrétiens, ont toujours été une minorité dans le Moyen-Orient, comme partie intégrante, certes, et cela ne touche en rien leur droit d’y rester et de vivre comme le reste de la population, la grande majorité musulmane. Si certains ont émigrés, pour un but lucratif, pour fuir la nationalisation des biens, qui fut imposée à tous les musulmans, ou pour former un lobby, l’Islam n’ rien à voir là-dedans. Un fait est sûr : Les tiraillements ne commencèrent qu’avec le début de l’évangélisation, qui fut arrogamment imposée à toutes les églises locales et à tous les chrétiens, ce qui fit d’eux des "agents de l’étranger", ou plus exactement : de l’Occident chrétien !
Sans égarer le lecteur dans les 44 propositions finales des Pères synodaux, présentées au Pape afin qu’il publie un document concernant l’Eglise au Moyen-Orient, il est intéressant de lire quelques uns de ces subterfuges pour voir le suivi de cette machination :
Proposition 4 : (…) Nous serons capables de le faire si nous restons fidèles à notre riche patrimoine historique, liturgique, patristique et spirituel, ainsi qu’aux enseignements du Concile Vatican II… (On vient de voir les principaux décrets).
Proposition 5 : La persécution doit cependant éveiller la conscience des chrétiens dans le monde à une plus grande solidarité. Elle doit aussi susciter l’engagement à réclamer et à soutenir le droit international et le respect de toutes les personnes et de tous les peuples. Il faudra attirer l’attention du monde entier sur la situation dramatique de certaines communautés chrétiennes au Moyen-Orient, qui souffrent de toutes sortes de difficultés, allant parfois jusqu’au martyre. Il faut aussi demander aux instances nationales et internationales un effort spécial pour mettre fin à cette situation de tension, en rétablissant la justice et la paix.
Proposition 24 : Par le baptême, les laïcs participent à la triple fonction sacerdotale du Christ, ils deviennent prophètes, rois et prêtres. Le Concile œcuménique Vatican II a reconnu le rôle et la mission des laïcs dans son décret sur l'apostolat des laïcs ('Apostolicam Actuositatem'). Le Pape Jean-Paul II a convoqué un synode sur les laïcs et a publié l'Exhortation apostolique 'Christifideles laici' dans laquelle il exprime l'estime pour "la très importante collaboration apostolique que les fidèles laïcs, hommes et femmes, apportent à la vie de l'Eglise, par leurs charismes et par toute leur activité en faveur de l'évangélisation, de la sanctification et de l'animation chrétienne des réalités temporelles"(n. 23). Les Pères synodaux s'engagent dans la même ligne, d'autant plus qu'en Orient les laïcs ont toujours joué un rôle dans la vie de l'Eglise. Ils veulent leur faire une plus grande place dans la participation aux responsabilités de l'Eglise, les encourager à être apôtres dans leur milieu de vie et à témoigner du Christ dans le monde où ils vivent.
Proposition 30 : (…) Tout baptisé doit être prêt à rendre raison de sa foi en Jésus-Christ et à avoir le souci de proposer l’Evangile sans timidité (…) Les laïcs ont à témoigner fermement du Christ dans la société.
Pour donner preuve à l’appuie, le crime de l’Eglise du Salut a été perpétué en Irak, le 31 octobre 2010, presque une semaine après le Synode, suivi, à deux mois d’intervalle, par l’autre crime, le 1er janvier 2011, à Alexandrie, en Egypte. Les réactions qui ont suivi crient l’imposture : une couverture médiatique exceptionnelle de par le monde hurlant au secours des chrétiens du Moyen-Orient, la visibilité et la concertation est écœurante. Inutile de rappeler les échos, à la minutes près, de toutes les Institutions nationales et internationales, qui chantèrent à l’unisson pour secourir les pauvres chrétiens du Moyen-Orient, traqués jusqu’au martyr… les menaces de l’ONU, celles de l’Union Européenne, des évêques, des dirigeants politiques, le lobby copte aux Etats-Unis et en Europe, les articles bourrés de mensonges pour abreuver les lecteurs !
Là il est intéressant d’insérer les paroles de Monsieur Sarkozy, prononcées vendredi matin (7/1/2011), devant les représentants religieux présents en France, copiés au mot presque sur celles du Pape et son Synode : le chef de l'Etat a indiqué que ces victimes étaient "nos martyrs", les "martyrs de la liberté de conscience"…Il a appelé les pays où sont persécutées les minorités religieuses à "garantir des droits à toutes les religions" et mis en garde contre "un plan particulièrement pervers d'épuration religieuse" au Moyen-Orient. Et d’ajouter : "La France n'acceptera jamais que l'on puisse impunément prendre des innocents en prière pour cible d'un terrorisme délirant"... "Si je pouvais, ici, utiliser le mot de martyr, dit-il, alors je dirais que les martyrs d'Alexandrie ou de Bagdad, ne sont pas uniquement des martyrs coptes, syriaques, ou maronites. Ils sont collectivement nos martyrs. Ils sont les martyrs de la liberté de conscience. Les Français n'acceptent pas, la France n'acceptera jamais que l'on puisse impunément prendre des innocents en prière pour cible d'un terrorisme délirant et barbare". Le président n’a pas manqué de rappeler que la liberté de religion était garantie par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) de 1966 - texte dont l'Irak et l'Egypte sont signataires… Tous les préparatifs sont à point pour l’ingérence, et voilà la nouvelle croisade commencée !
 Inutile de signaler le rôle historique, générateur du racisme, que joue l’Occident chrétien surtout depuis les deux derniers siècles, ou le rôle infâme du Vatican, pour ne rien dire de la France, la vraie fille aînée de l’église, qui a tout de suite su accueillir une centaine de blessés irakiens et offrit 1300 postes aux immigrés, alors que les français musulmans crient chômage ou sont éloignés !
N’est-il pas lieu de se demander, ici, où étaient toutes ces voix lorsque des millions de musulmans ont été carbonisés, tués de sang froid, blessés ou poussés à l’émigration ? Que ce soit en Afghanistan, en Irak, en Palestine, au Liban ou ailleurs le sort des musulmans de ces pays est de loin beaucoup plus digne de cris et de larmes, de vraies réactions, et non un mutisme d’une connivence ingrate. Où sont ces responsables face au génocide imposé aux Palestiniens alors que l’entité sioniste est en train de s’installer commodément sur une Terre usurpée, au vu et au su de ces honorables qui savent hurler et réagir pour une trentaine de chrétiens sacrifiés par leurs propres mains ? !
La situation en quelques mots : une odieuse et flagrante comédie synodale, préparée de A à Z par le Vatican et ses liges, ayant pour thème mensonger disant : les chrétiens au Moyen-Orient sont les plus traqués et les plus martyrisés de par la terre, en présentant de faux arguments, pour mieux enfoncer les assises de l’Eglise Internationale au Moyen-Orient, pour imposer la christianisation du monde. Une christianisation arrogamment liée aux interventions militaires, pour enraciner le christianisme ou plus exactement pour le sauver. Si le christianisme s’écroule, ce n’est pas la faute à l’Islam, mais à toutes les manipulations et les contrefaçons qu’il a subies surtout à partir du IVe siècle, qui furent maintenues grâce à des siècles d’obscurantisme, soutenus par des crimes, des massacres, et par des tas de mensonges accumulés. C’est la découverte de ces tristes réalités qui provoqua l’éloignement des chrétiens de leur foi.
Des mensonges qui continuent jusqu’à nos jours, puisque Vatican II et son fallacieux décret de Nostra Aetate continuent à éloigner l’Islam de la lignée Abrahamique, et ne le reconnaissent pas comme religion monothéiste… Au lieu d’embraser le monde avec des crimes ourdis, qui ne visent qu’à une nouvelle ingérence religio-coloniale, n’est-il pas plus honorable et plus loyal, pour une sainteté ou une présidence si chétives, de dire la pure et simple vérité que : les deux révélations précédentes dévièrent du monothéisme, et que l’Islam n’a été révélé que parce que les deux révélations précédentes ont été manipulées, au lieu de le placer avec les "croyances" asiatiques (Nostra Aetate dixit) ?! Quelle Honte !
Ce n’est pas sans raison que le journal Libération du 15 mai 2007 qualifia le Pape de « Menteur professionnel », à quoi il faut ajouter : et un Incendiaire par excellence, mais malheureusement il n’est pas le seul